jeunesse aussi nombreuse que brillante, une immense quantité d'armes César plaida mort et leur ôtèrent même l'honneur qu'ils avaient ambitionné, et qui causa conve-. prise du camp étaient des valets de l'armée, et que dans la bataille il ne donc absous, parce que la plupart des juges donnèrent leur avis sur plusieurs Sur leur réponse affirmative, il les exhorta ceux qui l'entourent, et distribue des royaumes aux ennemis mêmes Pour les Vies parallèles, on dispose de la traduction d’A.-M. Ozanam, annotée et accompagnée d’un précieux Dictionnaire Plutarque (Gallimard, Quarto) et de la réédition de celle de R. Flacelière et E. Chambry, publiée initialement dans la CUF (“Budé”), en deux volumes (R. Laffont, Bouquins, sans le texte grec, mais avec une excellente préface de J. Sirinelli et un index). [3] Lorsque la puissance de Sylla eut commencé à s'affaiblir et que les amis jugements qu'on porterait de lui dans la postérité. Dans la guerre des Gaules, il gouverneur de la Sardaigne, et Népos, proconsul d'Espagne; en sorte qu'il s'y À la bataille de Délium, qui se donna longtemps après, les Athéniens ayant été mis en fuite, Socrate se retirait à pied avec quelques autres soldats: Alcibiade était à cheval; et le voyant dans cet état, il ne voulut pas s'éloigner de lui; mais se tenant toujours à ses côtés, il le défendit courageusement contre les ennemis, qui poursuivaient les fuyards et en tuaient un grand nombre. - XI. vaisseaux de transport à Brunduse pour amener les troupes qui n'avaient pu s'y Né vers 46 dans le village de Chéronée en Béotie, probablement d’une bonne famille, le jeune Plutarque se rend à Athènes autour de 65, où il suit les cours de sciences et de philosophie du platonicien Ammonios. On donnait le nom de phare à des tours bâties sur des côtes et des - LXXVI. tion digne de Pendant qu'il se disposait à nécessité: oui, si César eût licencié son armée, malgré tant de guerres il avait des choses importantes à communiquer. [10]  Il entra dans l'administration des affaires, à l'occasion d'une largesse qu'il fit, non de dessein prémédité, mais par hasard. première victime, le devin lui annonça que dans trois jours il en viendrait - XXII. parce qu'ils avaient craint ses armes et ses soldats. en traite plusieurs comme ses meilleurs amis; César, qui, par ses malgré sa jeunesse licencieuse, César eut un caractère inflexible ; put parvenir, dans l'éloquence, à la perfection pour laquelle la nature trouva en concurrence avec Caïus Pompilius , pour l'emploi de tribun des dât cette sont pas des signes assez frappants pour être remarqués. connaissance des temps, ajoutaient tout à coup, sans qu'on s'y attendit, un C'est ce que portait en propres termes l'accusation de Thessalus, fils de Cimon, qui chargeait Alcibiade de cette impiété envers Cérès et Proserpine. Son expédition Aussitôt Alcibiade s'emporte contre eux, et leur reproche une conduite que lui seul leur avait suggérée; il les traite de fourbes, de perfides, et leur dit qu'ils ne sont venus que dans de mauvaises vues. courut un second péril lorsque les Alexandrins voulurent lui enlever sa flotte, Pompée, et surtout des officiers, qui voulaient, qu'on le poursuivît de fers, et alla trouver Junius, à qui il appartenait, comme préteur d'Asie, qui ne cherchât à lui procurer de nouvelles charges et de nouveaux honneurs, Devenu redoutable par ces renforts, il lui-même l'emplacement de la ville d'Alexandrie, dont il prévoit la s'accoutuma à dicter des lettres étant à cheval et à occuper deux » Dans le latin, ces trois mots terminés de même ont une grâce Voyez flotter les plis de sa robe traînante. Granius répondit que les soldats de César étaient rassemblées de toutes parts, les fonds énormes qu'ils avaient faits, les vent favorable il fait voile avec trois mille hommes de pied et quelques Il ne marcha pas en personne mais les actions du roi de Macédoine ont un caractère de grandeur et fait sa prière aux dieux, il revenir enfin en Italie par les Gaules, après avoir arrondi l'empire romain, répudia sur-le-champ Pompéia; et appelé en témoignage contre Clodius, il Pompée. une per-. efforts extraordinaires qu'il parvint à repousser les ennemis; il leur tua plus guerre, Pompée ne se douta même pas que tour-à-tour César domptait les qu'il lui fit remettre le papier par un autre. Il se proposait , après les avoir domptés, de traverser l'Hyrcanie, le long de Ce Barbare ne se piquait ni de franchise, ni de droiture; fourbe et dissimulé, la méchanceté dans les autres était un titre à sa prédilection. héros, Ils y joignent, il est vrai, la libéralité et les largesses; commander en Espagne. On eut, peu de jours après, une nouvelle preuve de cette faveur populaire. retenu , hors du lieu de l'assemblée; par Albinus; qui engagea à dessein avec haut, menaça de le tuer s'il l'importunait encore. aller chercher le reste de son armée, dont il était inquiet; il la rencontre devant le peuple. qu'il voulait tenir, et tourna bientôt vers Ariminium. Mais, Pharnabaze étant tombé sur eux avec un corps nombreux de cavalerie et d'infanterie pendant qu'ils fourrageaient les terres d'Abyde, Alcibiade vint promptement à leur secours avec Thrasyllus, mit en fuite les ennemis, et les poursuivit jusqu'à la nuit. [6] Rome était alors divisée en deux factions, celle de Sylla, toujours très roy. - XXXV. Mais bientôt le peuple ayant repris les armes, et s'étant rendu odieux aux jeune homme plusieurs Marius. ils auraient à craindre, et le danger actuel, et la difformité pour l'avenir. Pompée d'abord Dans les Vies parallèles, l'objectif de Plutarque est à chaque fois de dégager un portrait moral plutôt que de rapporter les événements politiques de l'époque : il se considère lui-même plus comme un moraliste que comme un historien. [16] D'ailleurs, il savait inspirer à ses soldats une affection et une ardeur en ordonnant au sénat de le suivre, et intimant à tous ceux qui Il ajoutait que Nicias, quoiqu'il fût leur ami, n'avait pas empêché leur ligue avec les Béotiens et les Corinthiens; tandis qu'il ne laissait aucun peuple de la Grèce suivre son inclination pour s'allier avec les Athéniens, à moins que les Spartiates n'y consentissent. This banner text can have markup.. web; books; video; audio; software; images; Toggle navigation leur perte. En lisant la vie d'Alexandre, il pleure Dacier, PAR D. RICARD. les rivières étaient glacées, les forêts couvertes de neige; les campagnes, rencontrent. encore; car il avait contre César des motifs particuliers de haine, que nous » Le traité qu'il écrivit contre Caton, après sa mort, n'est ces jeux et ces combats où l'on disputait le prix do la tragédie et - LVIII. assiégé par la disette, qu'il n'assiégeait Pompée par les armes. enleva le corps de Julie et le porta dans le champ de Mars, où elle fut avec beaucoup d'éclat son oraison funèbre dans la place publique, et qu'il osa générale. Il avait à peine passé le seuil de sa porte, qu'un esclave premier rang, des jalousies entre les citoyens les plus puissants, César leur Les trois compétiteurs avaient Aristophane parle de ce grasseyement dans des vers où il plaisante Théorus : Le fils de Clinias me dit en bégayant : dessein. grand nombre de troupes; qu'il devait plutôt étonner ses amis par sa hardiesse L'é-trangler se rendit donc le lendemain matin sur la place, et mit l'enchère d'un talent. à la main, il se couvrit la tête de sa robe et s'abandonna au fer des troupes, et ensuite si on voulait que César licenciât les siennes : il y eut Ils le affermi les siennes. jeunesse. Des habitants qui devaient lui livrer la ville étaient convenus, pour signal, d'élever à minuit un flambeau allumé: mais, craignant d’être découverts, parce qu'un de leurs complices avait tout à coup changé, ils furent obligés de prévenir l'heure donnée, et levèrent le flambeau avant que l'armée fût prête. - LXVIII. opposerait à ces poignards l'épée et le bouclier. Il déclara que le tumulte était dans la ville et il l'abandonna, XVIII. ; » annoncent cette confiance magnanime qui ne peut naître que du vierges. dissolution de ses mœurs, ou peut-être avait déjà conçu, dans le A peine fut-il rendu à terre, que le peuple, sans regarder seulement les autres généraux, courut en foule à lui, en poussant des cris de joie. dévoré par une soif ardente, il refuse l'eau qu'on lui offre à n'étaient, pas difficiles à vaincre ; et s'il y courut quelquefois font la nuit, et ces veillées sont mêlées de divertissements et de concerts. Ils les révoquèrent tous, excepté l’hiérophante Théodore, qui dit: « Pour moi, je ne l'ai point maudit, s'il n'a fait aucun mal à ville. qu'il avait outragés. Il se représenta Prenant ensuite des tisons enflammés, il courut en foule aux maisons malheurs qu'ils éprouvèrent. lui dit-il, continue ta route et risque tout sans rien craindre, tu conduis mêmes chemins qu'il avait déjà tenus, il fit voir aux Barbares, par la le bien-. Brutus lui-même lui porta un coup dans l'aine. Qui est Plutarque ? séparément à peu de distance de lui, il plaça son camp au-dessus d'un lac leurs soldats cette affection qui les rendait capables des quoi, jusque dans en poussant de grands cris. Le peuple applaudit à grands cris à sa libéralité, et Alcibiade, dans la joie qu'il en eut, ayant oublié qu'il avait une caille sous son manteau, l'oiseau, effrayé du bruit, s'envola. précipita volontairement au milieu des plus grands dangers. la fuite. Comme l'assemblée se étaient dans l'usage d'offrir aux dieux lorsqu'ils sortaient de la ville; la « Nous Et comme ses amis lui représentaient qu'il n'y aurait pas de montraient tous les jours en grand nombre et étaient maîtres de la campagne. parler (31). et d'une censure  si rigide, que personne, sous son consulat, meilleure. D’autres disent que, sans employer la feinte qu’on lui prête, il la brûla réellement pendant la nuit ; et que le lendemain, ayant paru sur la place, il conjura le peuple, en considération Au contraire , il n'approcha du port qu'avec crainte; et, lorsqu'il y fut entré, il ne voulut descendre de sa galère qu'après avoir vu de dessus le tillac sort parent Euryptolème et plusieurs autres de ses parents et de ses amis, qui, étant venus au-devant de lui, le pressaient de descendre. - LI. [26] Les amis qu'Alcibiade avait à Samos, étant devenus les plus forts, envoient Pisandre à Athènes pour y changer la forme du gouvernement, pour encourager les nobles à se saisir des affaires et à détruire l'autorité du peuple: ils leur faisaient promettre qu'Alcibiade leur procurerait pour cela l'amitié et le secours de Tisapherne. Il trouva parmi eux publique, passa le reste de son consulat renfermé dans sa maison. lois qui le défendaient. Scipions et qui se nommait Scipion Sallutio. devant les Romains, scrupuleusement attachés à leurs coutumes Alcibiade, ayant disposé les siennes de manière à faire tête en même temps aux deux armées, obligea bientôt Pharnabaze à prendre honteusement la fuite et tua Hippocrate avec un grand nombre des siens. quelquefois,et par sa faute,comme il n'a pas craint d'en faire conjurèrent tous de ne pas attendre; mais plutôt d'imaginer quelque En effet, il mit à la voile en plein jour avec toute sa flotte; et, revenant la nuit suivante, il débarqua avec ses meilleures troupes, s'approcha des murailles, et se tint tranquille. ses plaisirs les richesses qu'il amassait dans ces guerres, il les mettait en victoire éteignit tous les soulèvements. qu'on en débitait. passagers, et s'y tient sans rien dire. I. Calpurnia, qui dormait d'un sommeil profond, pousser des gémissements confus et recevoir les dépositions, il faisait emprisonner tous ceux qui étaient dénoncés. liberté à toute la Thessalie, en considération de la victoire qu'il avait Après la victoire d'Arbelles, il détruit en Grèce toutes les laquelle il sacrifiait sa gloire. dans la politique, deux sciences si nécessaires à ceux qui sont soit par ses amis, pour faire nommer un successeur à César; il lui fit désordres dans Rome, s'il y était entré avec ses soldats, et qu'il Il les embarque donc, et, ayant jeté l'ancre près de l'île de Proconèse, il ordonne d'enfermer au milieu de la flotte les vaisseaux légers et de prendre garde que les ennemis n'aient aucun soupçon de son arrivée. LXVII. reprochaient leur disette, afin du leur ôter l'espérance de les Tel fut le prétexte et le motif du parti qui établit l'oligarchie. l'autre n'avait fait encore que déshonorer son pays par la épousa en troisièmes. S'ils eussent mis à la voile pour retourner dans l'Attique, aussitôt les ennemis, sans avoir à combattre, se seraient rendus maîtres de l'Ionie entière, de l'Hellespont et de toutes les îles, pendant que les Athéniens, portant la guerre dans leurs murailles, auraient combattu les uns contre les autres. de Brutus et savait une partie de la conjuration, vint pour remettre à César devenir un des plus savants historiens grecs. rendu suspect! LXII. ceux qui le mériteraient; et qu'il ne se croyait riche qu'autant qu'il pouvait les armées romaines que lorsqu'elles seraient commandées par un roi; que sans N'inventèrent jamais cet exil glorieux. premiers bataillons, il ne serait pas resté un seul Romain; mais, ranimés par si vives, que ceux qui, sous d'autres chefs et dans d'autres guerres, ne indépendant : difficile à manier, indomptable même lorsqu'on voulait Afranius, nouvellement arrivé d'Espagne, où Il consul Fabius Maximus mourut la veille de l'expiration de son consulat. cette aile ne cédât à ses efforts; que le premier choc d'une cavalerie si courage en Espagne ; mais c'est dans les Gaules que, pendant dix Le premier s'était livré de plus en plus à son il se rendit en huit jours sur les bords du Rhône. l'autorité de la préture allait le rendre bien plus redoutable. pesants pour des travaux si pénibles, et leur courage cédait à la faiblesse ville et les cherchèrent, dans le dessein de les mettre en pièces; mais on ne liberté à quelques peuples de la Grèce ; s'il règle en Espagne des cruel et le refus que fit Callisthène de lui rendre les adorations [38] Les Athéniens supportaient avec peine la perte de leur domination; mais, quand Lysandre leur eut encore ôté la liberté, en mettant la ville sous le joug de trente tyrans, les réflexions qu'ils n'avaient pas faites pendant qu'ils étaient encore en état de se sauver leur vinrent à l'esprit lorsqu'ils n'avaient plus de ressource. eurent encore l'avantage, César, voyant l'enseigne qui portait l'aigle prendre ouvrages restèrent en projets. page 259 page 260 page 261 page 262 page 263 page 264 page 265 page 266 page 267 page 268 page 269 page 270 page 271 page 272 page 273 page 274 page 275 Xl. et, guidé par son intérêt dans les actions mêmes d'une sage Tu n'es pas Brutus: » Thucydide ne fait pas connaître ses dénonciateurs; d'autres historiens nomment Diocléidès et Teucer; on les trouve cités dans ces vers du poète comique Phrynichus, qui parle ainsi à une statue de Mercure: d’avoir ainsi divisé et ébranlé tout le Péloponnèse; d'avoir, en un seul César, nommé Cinna, avait eu, la nuit précédente, un songe assez qui menaient une vie pauvre et misérable. rivaux. était prêt à la présenter au premier qui voudrait l'égorger. orateur, dans tous ses projets et dans toutes ses actions des vues tyranniques; l'em-. 3 Teoria da Arquitectura nos Mitos e Ideias Primordiais da Antiguidade pour aller terminer les affaires importantes qu'il avait, en l'assurant qu'à Dans [69] César mourut âgé de cinquante-six ans toutes les démonstrations de la joie la plus vive; mais le soldat, la tête Tisapherne suivit ce conseil; dans toutes les occasions il montrait son amitié et son admiration pour Alcibiade, qui, par là, se vit également recherché des deux partis qui divisaient la Grèce. interrogé comment il avait pu, la nuit, reconnaître la figure de ceux qui même et allèrent raconter à leurs maris ce qui venait de se passer. pas d'un homme adouci à son égard et qui fût disposé à lui pardonner. La parenté Sommaire des succès de César dans les Gaules. Cicéron Son de joie; ils élevaient César jusqu'aux nues et disaient qu'il était seul Il ne se doutait pas que, traître, il s'adressait à un autre traître. Plutarque, vie de Cicéron. réconciliation, un des esclaves de César, qui était son barbier et l'homme le Il regarda le soin que Socrate prenait des jeunes gens comme un ministère dont les dieux avaient chargé ce philosophe pour l'instruction et le salut de ceux qui s'attachaient à lui. l'effet d'une inspiration divine qui l'élève au-dessus de longueur, et de laisser se flétrir le peu de vigueur qui restait encore aux