4 secteurs dominent l’industrie en Allemagne : l’automobile, la construction mécanique l’industrie chimique et l’industrie électrique. L'Allemagne est la première puissance commerciale au monde en 2009[citation nécessaire]. L’Allemagne se caractérise par une population active qualifiée grâce à l'apprentissage professionnel, et un niveau de vie élevé. La révolution industrielle a permis à l'Allemagne de se hisser aux tout premiers rangs des puissances industrielles à la fin du XIXe siècle. L’industrie est un gros employeur en Allemagne, avec plus de 7 millions de salariés2. La construction automobile arrivait en tête avec 425 milliards d’euros. 1.893 milliards d’euros est le chiffre des ventes réalisées par les entreprises de l’industrie manufacturière en 2017. Preuve en est, les travailleurs pauvres représentaient en 2009, 20 % de la population active[39]. La priorité donnée aux échanges extérieurs[37] par l'Allemagne s'est accompagnée depuis 2000 d'une série de réformes encourageant la compétitivité (dont le plan Hartz), à tel point que la rémunération salariale a baissé en termes réels entre 2001 et 2005[41]. En 2006, l'excédent de la balance commerciale se montait à 167 milliards d'euros[35]. Elle est au cœur de la mégalopole européenne et profite d'un important bassin de main-d’œuvre et de population : la Ruhr est aussi une conurbation de plusieurs millions d'habitants. Venez nous rencontrer a Allemagne. Les 10 % d'Allemands les plus riches ne possèdent pas 59 % des richesses comme on le pensait, mais environ les deux tiers. L’industrie allemande possède néanmoins des atouts structurels. Les PME marquent le secteur de la construction mécanique. L’agriculture est très importante, contrairement aux idées reçues ; en termes de comparaison, l’Allemagne se situe juste derrière la France en termes de production céréalière mais la devance et occupe ainsi le 1 rang européen en ce qui concerne la production de lait. Après une décennie de faible croissance, l'Allemagne retrouve des taux de croissance élevés depuis 2005[17]. L’exportation n’est pas tout – nous expliquons sept faits concernant la force économique de l’Allemagne. Les entreprises et les syndicats allemands fonctionnent en cogestion ; on parle de capitalisme rhénan. Après une remontée brutale du chômage dans les années 1990, la tendance est la baisse, même si le chômage y est sensiblement supérieur aux niveaux observés dans la Rhénanie et plus encore en comparaison de l'Allemagne de l'Ouest[33]. Les entreprises profitent d'une compétitivité regagnée depuis dix ans à force de restructurations et de modération salariale. Les principaux centres économiques en sont Dresde, Leipzig, Chemnitz et Zwickau. Comme dans les autres pays européens, le secteur des services prend une place de plus en plus importante au dépend de l’industrie. Environ six millions de voitures sortent chaque année des chaînes de montage allemandes et 4,8 millions de voitures de marque allemande sont produites à l’étranger. Les principaux secteurs en chiffre d'affaires sont la construction automobile avec 777 000 salariés en 2004, suivie par l’électrotechnique avec 799 000 salariés, la construction mécanique avec 868 000 salariés et l’industrie chimique[28]. Dans la dernière décennie, l'Allemagne a réformé son marché du travail avec les réformes Hartz (2003/2005) et pris des mesures contre la crise pour préserver son dynamisme économique. L’agriculture est très importante, contrairement aux idées reçues ; en termes de comparaison, l’Allemagne se situe juste derrière la France en termes de production céréalière mais la devance et occupe ainsi le 1er rang européen en ce qui concerne la production de lait. Pour maintenir son dynamisme économique, l'Allemagne a en effet privilégié l'emploi précaire sans salaire minimum : les mesures prises par le gouvernement allemand (définissant de nouveaux contrats de travail, exonérant les employeurs et ne donnant pas droit au chômage, avec la possibilité de payer des chômeurs de longue durée moins de 1 euro par heure pour une activité à temps partiel afin d'aider ces personnes à se réintégrer dans le marché de travail normal), en accord avec le patronat et les syndicats ont ainsi entraîné une baisse de salaire de 20 % pour 1,6 million de personnes, et une stagnation depuis dix ans pour les autres[50]. Grâce à leurs bons rendements, près de 70 % d'entre elles peuvent couvrir elles-mêmes leurs besoins financiers[29]. Il s’agit en particulier de la réduction de la durée d’attribution de l’allocation-chômage, ainsi que du passage progressif à la retraite à 67 ans[15]. Le taux de chômage en ex Allemagne de l'Est est environ le double de la moyenne nationale. Et, surtout, parce … [réf. Au plus tard en 2017, il concernera tout le monde, sauf les moins de 18 ans, les stagiaires et les chômeurs de longue durée, exemptés pendant les six mois suivant leur embauche[40]. Alain Faujas et Marie de Vergès, « Le ralentissement économique se confirme en Europe Â». Le nombre de salariés dans l’industrie a toutefois moins bais-sé en Allemagne dans la dernière décennie que dans les Les inégalités générées par le système économique allemand comptent parmi les plus élevées d'Europe et se traduisent notamment par des bas salaires dans de nombreux secteurs. près de 1 % environ de la population active travaille dans ce secteur. Ce secteur est constitué à plus de 40 % de PME/PMI. Ce dynamisme s'explique par divers facteurs : L'Allemagne s'est spécialisée dans les produits d'équipement ; en 2003, le secteur automobile représentait 19 % des exportations allemandes[36]. Ainsi, 22,5 % des actifs gagnent moins de 10,50 € de l'heure contre seulement 8,8 % pour la France[24]. Ainsi, Henrik Uterwedde, économiste et directeur adjoint de l'Institut franco-allemand de Ludwigsburg, parle-t-il de quasi-« abus et exploitation en ce qui concerne les temps partiels et les bas salaires. Les global payers sont Volkwagen, Daimler, BMW(tous dans la construction automobile), BASF (chimie) et Siemens (secteur électrique). L'électricité allemande est produite à 60,7 % par l'utilisation d'énergies fossiles, à 27,9 % par le nucléaire, et à 11,4 % par les énergies renouvelables (principalement hydraulique et éolien). 53,4 milliards d’euros est le montant que l’industrie manufacturière a investi en 2016 dans la recherche et le développement. Il y a d’abord les données macroéconomiques, de plus en plus préoccupantes. Cette politique antinucléaire et favorisant les énergies renouvelables intermittentes est régulièrement accusée de remettre en cause les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre[32]. On considère que l’industrie est à l’origine de la croissance, qu’elle crée de bons emplois, et que la force de l’Allemagne réside dans son industrie. Conséquence de cette précarisation, avant l'introduction d'un salaire minimum général en 2015, quelques retraités étaient contraints de faire des petits boulots payés moins que le salaire minimum pour compléter leurs pensions (augmentation de 58 % en dix ans du nombre de retraités pauvres)[56]. Les chômeurs allemands (dont le nombre s'est réduit de manière significative pour atteindre 2,54 millions en 2016[52]) sont les plus exposés à la pauvreté relative dans l'Union européenne : 70 % d'entre eux sont en risque de pauvreté (moins de 952 euros par mois de ressources), contre 45 % en moyenne dans l'Union européenne[53]. Les « nouveaux Länder Â» gardent des considérables handicaps économiques, malgré les aides importantes qui leur ont été consacrées et les grands travaux d'infrastructures réalisés. « Deutschland Edition » : Le nouveau e-paper. C'est le taux le plus bas de tous les 28 États membres de l'Union européenne devant la République tchèque (5,0 %) et Malte (5,1 %). D'après une étude de la banque Natixis, le déficit réel de l’Allemagne en 2008 est de 5,1 % et non de 3,2 % comme officiellement indiqué[21]. À la suite de la catastrophe de Fukushima, sous la pression des écologistes, le gouvernement a totalement abandonné la filière nucléaire. Industries du métal Salons en Allemagne 2021 - 2022 Tous les salons en Allemagne. Les États-Unis ne voulant pas voir disparaître leur encaisse-or, suspendent la convertibilité du dollar en or le 15 août 1971. Les performances de l’industrie allemande suscitent en France interrogation et envie. Les USA, dont officiellement la part de l’industrie dans le PIB est plus faible que pour l’Allemagne, sont présents dans des secteurs clef et transversaux. En particulier, ses finances publiques sont aujourd'hui équilibrées et sa compétitivité-coût a retrouvé son niveau d'il y a cinq ans. Cette économie est une des plus compétitives au monde[18]. Elle est constituée à la fois par de très grands groupes (à l’échelle nationale et mondiale), aux … Son développement industriel s'est donc manifesté plus tard, essentiellement au XXe siècle. En effet, si le chômage au sens du BIT a baissé de 8,6 % de la population active[35] en 2006 à 7,6 % en août 2008 (et à 4,9 %[38] en 2014), il y a lieu de relativiser pour certains économistes : Brigitte Lestrade, de l'IFRI, auteur d’une étude sur les réformes Hartz IV, pointent la mise en place d’un système qui, par vases communicants, aurait progressivement fait passer plusieurs millions d’allemands des listes de chômeurs à celles de « quasi-chômeurs Â» (moins de 15 h/semaine) ou des précaires. Cette dernière a alors littéralement dopé jusqu’en 2001 la production industrielle allemande qui a ensuite stagné à nouveau jusqu’au début 2004 environ sous l’effet du … L'Allemagne se classe au. Allemagne: Hausse inattendue des commandes à l'industrie en novembre BERLIN (Reuters) - Les commandes à l'industrie allemande ont augmenté contrairement aux attentes en novembre, montrent les statistiques officielles publiées jeudi, qui confirment la résistance de la première économie d'Europe face à la pandémie de coronavirus. L'Est est par ailleurs une région qui souffre des difficultés liées à son ex-idéologie communiste qui apparait encore finement mais d'une façon marquante dans la vie des Allemands de cette région. Près de 30 % environ de la population active travaille dans ce secteur. Les Länder de Bavière et du Bade-Wurtemberg ont su tirer parti depuis le Moyen Âge d'une situation de carrefour entre la mer du Nord et la mer Méditerranée. Gerhard Schröder choisit de mettre en place le "plan Schröder" de retour à la compétitivité. 23,4 pour cent était en 2017 la participation de l’industrie manufacturière à la valeur ajoutée brute en Allemagne. L’industrie allemande est le modèle à imiterpour la plupart des économistes et commentateurs de l’économie en France. De renégociations en reculades avec la commission européenne, la France a bradé son industrie électrique à l’Allemagne. L’industrie chimique et pharmaceutique fait partie des secteurs industriels … Au plus tard en 2017, il concernera tout le monde, sauf les moins de 18 ans, les stagiaires et les chômeurs de longue durée, exemptés pendant les six mois suivant leur embauche[57]. Aujourd'hui, la région doit reconvertir ses activités : l'exploitation du charbon de la Ruhr est devenue trop coûteuse face à la concurrence des charbons étrangers. Elle craint pour la valeur de ce stock de dollars et met fin aux accords de Bretton Woods en procédant aux demandes de remboursements des dollars excédentaires en or. Utilisez le dictionnaire Français-Allemand de Reverso pour traduire industrie et beaucoup d’autres mots. Après un fort recul du PIB pendant la crise économique de 2008/2009, la croissance de celui-ci a fortement repris en 2010 (4,1 %) et en 2011 (3,6 %), et plus légèrement en 2012 (0,4 %) et 2013 (0,1 %). Cependant les constructeurs automobiles allemands produisent deux fois plus d’automobiles à l’étranger qu’en Allemagne. D’après une étude réalisée en 2016 par la Chambre de Commerce et d'Industrie française en Allemagne, les sociétés françaises sont très développées dans les branches clefs en Allemagne : 37,8 % dans l’industrie Amérique Europe Afrique - Moyen Orient Asie - Pacifique. Cependant, le coût de la vie et en particulier du logement est beaucoup moins élevé en Allemagne - en moyenne les loyers à Paris avec 26,25 â‚¬ par mètre carré sont beaucoup plus élevés qu'à Berlin (5,73 â‚¬/m2), Hambourg (6,30 â‚¬/m2), Munich (9,70 â‚¬/m2) ou Cologne (7,26 â‚¬/m2) en 2009[54]. Eudoxe Denis et Lætitia Strauch, « Précarité en Allemagne : pour en finir avec les idées reçues Â». Lire aussi Ce que représente l’industrie automobile en Allemagne en dix chiffres. L'excédent commercial très élevé de l'Allemagne est-il un signe de « bonne santé Â» économique ? La conférence en ligne, à laquelle ont participé environ 100 personnes, a notamment porté sur les sujets suivants : Il est plus rentable d'importer le charbon et le fer par le Rhin. Zones . La Bavière a bénéficié des nouvelles activités issues de la révolution informatique. La commission chargée de le réévaluer statuera en 2018 sur une nouvelle augmentation, pour une application au 1er janvier 2019[59]. Cette période débute en 1815 selon Hubert Kiesewetter, ou en … Selon Le Figaro, « ce « come-back économique Â» de l’Allemagne est dû aux « réformes en partie très étendues Â» mises en œuvre par le gouvernement précédent de Gerhard Schröder et initialement poursuivies par la grande coalition d'Angela Merkel Â»[19]. L'accroissement des inégalités s'est pour sa part inversé depuis 2007[23]. La voiture en Allemagne, c’est une fierté nationale : 870 000 emplois directs,13 % du PIB.C'est à Francfort, où se tient jusqu’à dimanche le plus grand salon de l’automobile au monde qu’éclatait, il y a 2 ans, le «dieselgate», ébranlant l’industrie automobile, véritable enjeu politique en Allemagne. Près de 69 % environ de la population active travaille dans ce secteur. En 2015, l'Allemagne demeure le plus gros consommateur européen de charbon et conséquence de cette utilisation les producteurs d'électricité RWE et E.ON sont à la première et à la troisième placeS des plus gros pollueurs européens[31]. Bien plus que dans d’autres pays, l’industrie est en Allemagne à la base de la croissance et de la prospérité. Des industries dynamiques se sont alors créées : BMW, Adidas, Conrad, industries aéronautiques. « il est certain que sans la puissance de son industrie, et tout particulièrement de son industrie chimique (...), jamais l’Allemagne ne nous eût déclaré la guerre ». Par ailleurs, 14 % des importations européennes (l'U- R- S. S. exceptée) et 7,6 ,% des importations mondiales provenaient d… La Révolution industrielle en Allemagne désigne la percée de l'industrialisation en Allemagne au XIXe siècle. Ces succès sont dus à la réputation de bonne qualité des produits allemands en général. L'Allemagne a connu des difficultés après la réunification. L'évasion fiscale représente 165 milliards d'euros par an selon Tax Justice Network[60]. Comme dans toutes les économies développées, le secteur tertiaire est le premier employeur allemand. « L’Allemagne affiche un excédent budgétaire record de 12 milliards d’euros Â». Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'électricité fournie par ce dernier est achetée de huit à neuf fois le prix ordinaire du kilowattheure mais le tarif garanti diminue de 5 % chaque année. cinquième plus compétitive, selon le Forum économique mondial, Rapport sur la compétitivité dans le monde, édition 2007, Claire Gatinois et Frédéric Lemaître, «. Son arrêt est prévu en 2018. 2. Le même phénomène se reproduit au début des années 2000 où l'effondrement du dollar a pour conséquence une baisse de la valeur de ses avoirs en dollars, une hausse de l'euro et un renforcement des exportations chinoises dont la monnaie est liée au dollar. Le scandale, qui touche désormais les trois principaux constructeurs automobiles, Volkswagen, Daimler et BMW, contre lesquels plusieurs procédures judiciaires sont engagées, a largement ébranlé le consensus qui régnait jusqu’alors en Allemagne pour soutenir l’industrie automobile. souhaitée]. Quelques puits de mines survivent grâce aux subventions fédérales. « Deutschland Edition » : téléchargez le magazine sous forme de e-paper - et profitez de 56 pages sur l’Allemagne et l’Europe. Ou bien est-il l'effet d'une baisse du coût du travail en comparaison avec d'autres pays de la zone euro[37] ? S'agissant du secteur sidérurgique, l'Allemagne reste le principal producteur européen d'acier. La construction automobile fournit 40 % des exportations allemandes. « Des situations très contrastées chez les Vingt-Sept Â», Institut allemand pour la recherche économique, http://data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.MKTP.CD, http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=en&pcode=tec00115&plugin=1, http://donnees.banquemondiale.org/indicator/NV.SRV.TETC.ZS?view=chart, http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SL.TLF.TOTL.IN, http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=98&ref_id=CMPTEF03136, Arbeitslosigkeit auf tiefstem Stand seit 25 Jahren, https://www.wto.org/french/res_f/statis_f/its2015_f/its2015_f.pdfF, http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=en&pcode=teina225&plugin=1, https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/fields/2079.html, http://www.oecd.org/fr/developpement/stats/documentupload/ODA%202014%20Technical%20Note%20FR.pdf, Comment Gerhard Schröder a restauré la compétitivité allemande, « Le manque d’audace menace l’économie allemande Â», Tirer les leçons des déficits du commerce extérieur, La République Démocratique Allemande : la vitrine du socialisme et l'envers du miroir (1949-1989-2009), Allemagne – Faits et réalités: Accueil, Climat : pourquoi le charbon est pointé du doigt, http://www.spiegel.de/flash/flash-12125.html, Eurostat communiqués de presse, 29 août 2014, L'Allemagne instaure un Smic horaire à 8,50, « Bestand an gemeldeten offenen Arbeitsstellen in Deutschland im Jahresdurchschnitt von 2007 bis 2015 Â», « La croissance dans la zone euro tirée par l'Allemagne Â», consulté le. Les grands constructeurs Volkswagen, BMW, Daimler AG, Porsche, Opel, filiale allemande du Groupe PSA[30] font de l’Allemagne le troisième producteur d’automobiles mondial. L’industrie chimique et pharmaceutique: une industrie clé en Allemagne et en France. Appelez-nous au +49 69 71 67 2 67 0 pour prendre rendez-vous avec nos avocats à Allemagne. Selon Bruno Durieux en février 2008, « l'Allemagne est [..] le seul des grands pays développés qui, par des réformes globales et profondes, difficiles et courageuses, réalisées pour l'essentiel par le chancelier Schröder, est parvenue à restaurer sa compétitivité et réduire ses déséquilibres internes. Mais rien n’est moins sûr. Visite industrie en Allemagne: retrouvez les coordonnées de toutes les meilleures adresses du Petit Futé (VÖLKLINGER HÜTTE - USINE SIDÉRURGIQUE DE VÖLKLINGEN, SCHOTT-ZWIESEL GLASWERKE - FABRIQUE DE CRISTAL, GLÄSERNE MANUFAKTUR - MANUFACTURE DE VERRE). A la veille de la dernière guerre, l'Allemagne assurait 12,6 '% de l'extraction mondiale de houille, 80 % de celle du lignite, 15,3 % de la production mondiale de l'acier et 11 % de l'énergie électrique. En 2006, le PIB a crû de 2,9 %, après plusieurs années de stagnation[45]. 3. La dernière modification de cette page a été faite le 6 décembre 2020 à 22:06. Une étude réalisée de l’Institut allemand pour la recherche économique parue en 2020 met en exergue un accroissement des inégalités sociales bien plus conséquent qu'on ne l'estimait auparavant. Contrairement à la Ruhr, le sud de l'Allemagne ne dispose pas de réserve de charbon. Cet accroissement des inégalités serait directement lié aux décisions prises par les gouvernements allemands successifs, en particulier la disparition de l'impôt sur la fortune à la fin des années 1990 et la réduction du taux supérieur d’imposition par l’ancienne coalition rouge-verte[61]. Elle était le deuxième grand exportateur après les États-Unis ; elle est aujourd'hui le troisième plus grand exportateur mondial de biens derrière les États-Unis et la Chine avec 1 493 milliards d'euros de biens exportés en 2013[14]. »[20] Depuis 2006, la production augmente chaque année, les carnets de commande restent remplis[46]. L'industrieChimique Allemande et la grande Guerre. En 2014, la croissance reprenait à 1,6 %[47], et en 2015, à 1,7 %[48]. Une commission a recommandé d'augmenter le salaire minimum à 8,84 â‚¬ bruts de l'heure à partir du 1er janvier 2017[58]. Pays en Europe. En 2010, de plus en plus d'Allemands travaillaient à temps complet pour un salaire de 720 euros et l'appauvrissement des travailleurs était en augmentation (20 % de travailleurs en pauvreté relative, + 2 millions en 10 ans)[51]. Le taux de chômage pour les jeunes de moins de 25 ans s'établit à seulement 7,0 %[38] – c'est aussi le taux le plus bas de l'Union européenne devant l'Autriche (10,8 %) et les Pays-Bas (11,2 %).